Essaimage


Le processus d'essaimage a lieu au printemps. L’essaimage est signe de bonne santé de la colonie. C’est un processus naturel, complexe et progressif qui permet la procréation, la survie et la multiplication des colonies d’abeilles. Observer ce phénomène est un moment extraordinaire.

 

C'est une période importante aussi bien dans la vie de l'abeille que pour l'apiculteur. Si vous ne gérez pas l'essaimage à temps, vous risquez, dans le pire des cas, de perdre toute chance de récolte.

 

La gestion de l’essaimage est facilitée avec la ruche kenyane car on peut gérer l’essaimage sur la même ruche, il n’y a pas besoin d’une seconde ruche. En effet, la colonie d’abeilles se place durant l’hiver sur moins de la moitié de la ruche, l’autre partie de la ruche, constitué d'une deuxième entrée, est libre pour recevoir au printemps un nouvel essaim.

 

Voici le processus d’essaimage :

 

La fièvre d’essaimage commence par la construction d’amorces de cellules royales sur les bords des rayons. Une dizaine de cellules qui s’allongent et se remplissent sont le signe d’un essaimage prochain. On constate aussi que le comportement des abeilles et de la reine change : diminution de la ponte et du nettoyage des alvéoles, arrêt des constructions de cire, formation d’une grappe sous le plancher…  on constate alors moins de déchets et d’écailles de cire sur le tiroir de plancher.

 

La force d'un essaim au moment de son établissement est fulgurante. Nous avons donc adapté 2 méthodes de gestion de l’essaimage qui consistent à capter l'énergie liée à l'essaimage tout en respectant le cycle biologique de l'abeille. 

 

 reine

 

Selon les régions et les races d'abeilles, l'essaimage peut commencer début avril. Il faut donc au préalable contrôler la colonie tous les 10 jours, soit le temps qu’une cellule royale se construise avant émergence. Dès que l’on repère une dizaine de cellules d’essaimage royales remplies, il faut agir et avant tout rechercher la reine. 

 

 

1ère méthode :

 

On déplace la reine + des rayons à l’opposé de la ruche vers la deuxième entrée suivant cet ordre : 1 rayon de miel /pollen sur le côté trapézoïdal + 3 rayons de couvain fermés (si possible 3 rayons qui se suivent) avec leurs abeilles + 1 barrette vierge + 1 partition (ou 1 nourrisseur).

 

Un peu plus tard les butineuses reviendront à l’endroit initial où se trouvait la reine avant son déplacement. Pour pallier au manque d’abeilles près du couvain, il est alors possible de secouer doucement les abeilles d’1 ou de 2 rayons dans la nouvelle partie où se trouve la reine. Intégrer de jeunes abeilles qui resteront dans cette nouvelle partie permettra d’éviter le refroidissement du couvain qui peut entraîner des maladies .

 

La colonie initiale maintenant orpheline va produire 6 jours plus tard d’autres cellules royales : il ne faut conserver qu'une seule cellule royale, la plus belle, et enlever toutes les autres. Annotez la cellule choisie de la mention « CR » (Cellule Royale) sur la barrette sur laquelle se trouve la cellule. Les abeilles orphelines de reine ont un comportement généralement plus agressif. Couvrez-vous bien ! Les cellules royales « prélevées sur la barrette» contiennent de la gelée royale, ne les jetez pas car vous pouvez consommer ce produit très précieux pour votre organisme.  

 

20 jours plus tard,  contrôlez la ponte de la reine. Si la reine est bien fécondée vous aurez une colonie bien établie, beaucoup de butineuses et une jeune reine productive. Si la reine n’est pas fécondée à cause d’un temps maussade, vous devrez alors inverser, au niveau des 2 parties sans abeilles, 1 rayon vide avec 1 rayon comportant des œufs. Cette manipulation étant effectuée, les abeilles reprendront le processus d’élevage. Contrôlez de nouveau  la ponte 30 jours après.

 

Cette 1ère méthode présente beaucoup d’avantages. En effet, on change de processus en évitant l’essaimage par un renouvellement de reine, tout en conservant un fort potentiel et la souche. Sachant que la saison d’essaimage est aussi le moment pour certaines colonies de changer la reine, on se rapproche donc d’une phase naturelle dans le cycle biologique ; à ce moment-là, on observe moins de cellules royales (environ 5), une colonie moins forte et on ne trouve pas la reine car elle est déjà morte.

 

2ème méthode :

 

On laisse la reine sur son rayon, sans cellule royale, à l’endroit initial, avec 3 barrettes vierges de chaque côté + la partition et éventuellement 1 nourrisseur en cas de mauvaise météo. Tout le reste est placé de l’autre côté. La nouvelle colonie orpheline, dans laquelle on laissera une cellule royale afin d’éviter un essaimage secondaire, perdra ses butineuses qui rentreront au niveau de l’ancienne entrée.

 

Le lendemain soir, les butineuses auront regagnées l'endroit intiale et leur reine. Seulement la fièvre d'essaimage est toujours présente et l'essaim des pulsions de sortir. Idealement déplacer cette essaim nouvellement constitué ou fermé l'entré pendant 2 jours afin que les abeilles perdent leur orientation.

 

Aussi, il se peut que les abeilles recommencent à faire des cellules royales. 6 jours plus tard, vérifiez si des cellules royales se trouvent dans l’essaim artificiel créé (là où se trouve l’ancienne reine). Si cela est le cas, détruisez les et ajustez l’espace nécessaire à cet essaim.

 

Cette seconde méthode représente un essaim anticipé : on enlève l’essaim primaire avant qu’il n’essaime. Cette méthode se rapproche davantage du processus naturel de l’essaimage. On obtient 2 colonies, moyennement fortes qui feront chacune un peu de miel si les colonies sont populeuses et la météo est favorable.