Un concept idéal


ruche kenyane et rayon de cireNous allons aborder les différentes caractéristiques  de cette ruche horizontale qui mesure environ 1 m de longueur.

Cette ruche se révèle être complexe dans sa fabrication en raison de nombreuses coupes d'angle. Mais ses caractéristiques en font aussi une ruche unique !!

 

La force de cette ruche réside dans ses rayons de cire amovibles bâtis naturellement. Les grandes faces donnent à cette ruche une forme trapézoïdale.  

 


 

L'inclinaison correspond à la ligne de direction des alvéoles. En effet, les abeilles bâtissent des alvéoles rondes dont la base est hexagonale, pointe vers le bas.

 

L'hexagone qui s'imbrique en bas de celui-ci crée une ligne de direction qui forme un angle de 60° avec le plafond. Cette pente suit la courbe d’un rayon construit naturellement ; cela minimise l’attachement du rayon aux parois de la ruche. Ce qui permet à l'apiculteur de retirer les rayons naturellement sans les casser. 


 


 

Des barrettes sont disposées parallèlement aux côtés trapézoïdaux de la ruche. Serrées les unes contre les autres, elles forment le plafond de la ruche.

 

Ces barrettes de bois, profilées, servent d'amorce aux abeilles pour la construction de chaque rayon de cire. Pour compléter le tout, une partition trapézoïdale cloisonne la colonie.

La colonie, dans cette ruche,  se développe horizontalement. Cette ruche permet donc d’adapter le volume de la colonie en bougeant simplement la partition.

 


 

Pour plusieurs raisons, nous pensons vraiment que cette ruche a de l’avenir car son système horizontal profite beaucoup à l’abeille contrairement au système vertical qui profite davantage à l’apiculteur.

visite avant rcolte

 

La chambre à couvain est l’élément le plus important de la colonie. Une fois la colonie bien établie, dès la miellée, l’abeille met le nectar en rayon à l'endroit où il y de la place.

 

Dans le système horizontal, dès la miellée, l’abeille bâtit ses cires sur le côté afin de mettre le miel en rayons. L’apiculteur à juste besoin de décaler la partition. Quand le miel est mûr, il peut prélever le surplus mais uniquement le surplus (1 ou généralement plusieurs rayons).

 

Dans le système vertical, dès la miellée, l’abeille dépose le miel en haut lors de l’ajout d’une hausse par l’apiculteur. En cas de mauvais temps, cette intervention peut refroidir le couvain. De plus, dans cette configuration, l’apiculteur récolte généralement bien plus que le surplus en prélevant une hausse entière et épuise ainsi les réserves constituées par les abeilles. Cette pratique prive les abeilles de leurs réserves hivernales et oblige donc l’apiculteur à nourrir les abeilles par rajout de sucre en automne, en hiver et au printemps.