Explication des dimensions


Lorsque j’ai décidé de me lancer dans l’apiculture, une question s’est posée à moi « quel type de ruche utiliser ?» dans un contexte d’environnement dégradé et où le syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles est un sujet fortement préoccupant.


Je souhaitais participer à la préservation des colonies, récolter quelques produits de la ruche et souhaitais développer une ruche qui renforce le dynamisme de l’abeille et qui répond aux valeurs de respect de l’environnement, afin de mieux lutter contre les agressions extérieures liées à la mondialisation.


Face aux différentes problématiques que rencontre l’apiculture, notamment celle des résidus chimiques présents dans les cires gaufrées des ruches à cadre, je me suis rapidement dirigé vers l’apiculture naturelle, proche de la nature, qui permet à l’abeille de construire ses propres rayons sans ajout de feuilles de cires gaufrées polluées.


Le choix de la ruche « kenyane » : deux années de tests sur différentes ruches, m’ont rapidement convaincu des atouts de la ruche kenyane « africaine ».


Les axes d’amélioration : la dimension de la ruche kenyane « africaine » ne me permettait pas de lancer une petite exploitation, ses dimensions originelles n’étant pas compatibles avec les caractéristiques de l’abeille européenne. Afin de lancer le projet, il convenait donc d’adapter la ruche kenyane « africaine » à l’abeille et au climat «européen. Sur plusieurs années, j’ai effectué des recherches et des tests afin de déterminer les dimensions de cette ruche idéale : je ne voulais surtout pas construire à l’aveugle et me rendre compte, une fois installé, que les dimensions étaient inadaptées .

 essaim naturel

Mes points d’attention se sont donc portés sur :


- la surface de ponte
- le volume
- la recherche d’une forme équilibrée se rapprochant d’un cercle
- le souci de limiter le collage des rayons sur les parois.

 

 

La ruche kenyane « européenne » : Une littérature foisonnante consacrée à l’apiculture, m’a permis de découvrir à plusieurs reprises que le diamètre du couvain originel de l’abeille « européenne » correspond à 26 cm.Cette dimension a servi de base afin de réaliser des plans de tailles et d’angles différents. En 3 ans, nous avons réalisé sur cette base 70 ruches à partir de 7 modèles.Cette étude et ces tests sur nos ruchers nous ont permis de constater que le diamètre du couvain originel devait être ramené à 25 cm car les rayons étaient trop souvent collés à la paroi, et étant lourds, ils pouvaient s’effondrer lors de la manipulation par l’apiculteur.


25 cm est donc le diamètre que nous avons finalement retenu, permettant à l’abeille de s’épanouir et à l’apiculteur d’exercer sereinement son activité.

Le calcul de la surface nécessaire à la ponte d’une reine à la belle saison, s’effectue sur la base de 2000 œufs par jour, soit 10,6 rayons. Ainsi, pour effectuer le calcul du volume, nous nous sommes basés sur 11 barrettes. Le calcul du volume de 11 barrettes plus un intervalle correspond à 33 litres.

 

Pour arriver à ce resultat qui est excellent, nous avons agrandi surface de ponte en intégrant un deuxième cercle.

 


Ce travail de recherches a permis de finaliser le plan qui permet d’obtenir:

plan intrieur 15

essaim18

 

- d’une part, une bonne gestion des rayons (qui ne sont pas ou très peu collés sur la paroi)


- d’autre part, une surface de ponte en adéquation avec ce que l’on peut observer dans la nature.


Ce plan de ruche que nous avons réalisé, nous donne entière satisfaction, et représente le meilleur compromis.

 



Cette ruche avait également besoin d'être améliorée car la conduite des colonies d'abeilles a évolué.

 

Nous avons donc innové et adapté des éléments incontournables de l'apiculture actuelle avec notamment des planchers amovibles (classique 2 entrées, d’élevage, de fécondation, de production de gelée royale), trappe à pollen, des pieds réglables, toit ouvrant sur charnière...